L'Ancêtre du Timbre Poste

LE PREMIER TIMBRE POSTE

L’ancêtre du timbre- postePli ancien

  C’est au comte de Vellayer que nous devons cet ancêtre. L’inventeur malheureux de la « Petite Poste », - nous avons fait sa connaissance dans le n° 10 – avait également pensé que certains destinataires n’avaient point à régler le port des lettres qui pouvaient leur être adressées… Il était en cela du même avis que la duchesse de Longueville, l’héroïne de la Fronde,  aurait dit un jour à Fouquet : « Pourquoi le service des postes ne se bornerait- il pas à percevoir à l’avance une taxe d’affranchissement ? A quoi bon vexer inutilement l’expéditeur en lui demandant d’exposer la teneur du pli qu’il remet au guichet ? Croyez- vous peur- être, que vos ennemis sont assez sots pour confier leurs secrets à des missives dont ils savent qu’elles seront ouvertes par vos commis ? Il y a d’autres moyens que celui-là de prendre connaissance du contenu des correspondances. »

La sœur du Grand Condé montra alors à Fouquet la membrane de la vessie natatoire d’un esturgeon. « Je vous suggère, poursuivit-elle, de coller ces deux membranes sur des bandes de papier sur lesquelles l’imprimeur du roi aura préalablement apposé le sceau royal et porté l’indication : deux sols, montant de l’affranchissement. Mettez- les en vente de manière que chacun puisse les utiliser pour fermer ses missives et installez dans chaque quartier de Paris des boîtes dans lesquelles quiconque pourra jeter anonymement ses lettres. Ainsi, vous serez délivré de vos soucis ; vous gagnerez de l’argent et des sympathies.

L’idée, transmise à M. de Vellayer, fut aussitôt mise à exécution et il ajouta celle de mettre en vente pour un sol la pièce, des billets de port payé qui se présentaient sous forme de bandes sous lesquelles on enserrait lettres ou paquets.

Mais l’innovation mourut avec la première « petite poste ».

Elle mourut peut-être parce que, au lieu de cette peu appétissante vessie natatoire de Mme de Longueville, au lieu de lancer le « billet de port payé », M. de Vellayer n’avait pas eu l’idée d’inventer le « cachet ».

Cette même idée, fut mise au point quelques années plus tard, en Angleterre, en 1661, par Henry Bishop, ancien post master général sous le règne de Cromwell. Il ouvrait avec une si belle dextérité les lettres des royalistes « pour ceux qui était assez fous pour confier leur correspondance au service des postes de cette époque troublée », que dès son retour en Angleterre, Charles II lui laissa le privilège de la poste. Bishop se méfiait, non sans raisons, de ses employés qui doué du syndrome l’espionite, comme leur patron, mettaient froidement les lettres dans leur poche ou les acheminaient avec des retards considérables.

Par ailleurs, comment laisser une trace visible de l’affranchissement par l’expéditeur ? Comment prouver que celui- ci avait payé le port de sa lettre ? Aussi, le 2 août 1661, s’inspirant probablement des billets de port payé de M. Vellayer, Bishop annonçait- il :

« On vient de mettre en service un cachet qui sera apposé sur toutes les lettres et missives ; il portera la du jour où le pli sera remis au bureau de postal. Ainsi contrairement à ce qui se produisait auparavant, l’employé n’osera pas différer la transmission d’une poste à une autre. »

Ainsi vint au monde le cachet, « marque postale payée d’avance » duquel devait naître le timbre. Mais la paternité de Bishop est controversée, et certain affirment qu’un correspondant de Léonard de Vinci, un commerçant, lui aurait adressé, d’Alep, une lettre sur laquelle on peut lire sur le cachet, les mots : Posta Ceca. (Abréviation de Posta Centro Caravaniero).

Pour finir et clore cette histoire de la Poste et du timbre nous dirons que le plus célèbre timbre de France est:

le1fr au type cérès vermillon.jpg 1fr Vermillon,

 

 

 

en Grande- Bretagne, c’est le 1 penny black, one penny-black.GB jpg

 

 

 

un-kreuzer-noir-de-baviere.jpgen Autriche, il s’agit le 1 kreutzer

 

 

 

et le plus cher du monde :

one cent magenta de guyane britannique.jpgle One Cent Magenta 1856 de la Guyane Britannique.

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/02/2017

×