Histoire de la Poste

L’HISTOIRE DE LA POSTE ET PREMIERS CACHETS POSTAUX.


 

L’HISTOIRE DE LA POSTE ET

 

DES PREMIERES FORMES

 

DE CACHETS POSTAUX.

PREFACE

Des Pharaons jusqu’au début du XVème siècle de notre ère.

On a retrouvé, les premières traces d’une organisation de relais pour la Poste du Souverain, chez les Egyptiens sous la domination des Perses, (la Perse d’autrefois c’est l’Iran d’aujourd’hui), en 525 av. J.- C., les Perses ravagèrent les pays voisins, englobant l’Egypte dans leur empire et fondèrent les XXVIIème, XXVIIIème , XXIXème , et XXXème dynasties; avant de s’incliner devant Alexandre le Grand qui conquit l’empire, et donc l’Egypte en 332 av. J.- C., annonçant la fin de la grande civilisation égyptienne ; mais c’est au cours de la XXVIIème , à l’époque de l’histoire de cette grande et glorieuse civilisation, que l’on nomme la Basse Epoque, que les Perses importèrent le premier système postal, sous le règne du Roi Persan (Cyrus, vers 530 av. J.- C.). Mais bien avant l’invasion persique, on retrouva des fragments de tablettes d’argile sous le règne de celui que l’on nomme le ‘’Pharaon Maudit’’, qu’il échangeait avec les Rois des Pays voisins, tous portaient le sceau d’Akhenaton vers 1356- 1339 av. J.- C.), c’est- à- dire une clef de vie (Ankh, la Croix Egyptienne), un messager était alors chargé de cheminer la correspondance des monarques, en temps de guerre, ces « postiers primitifs », gardaient l’immunité, aucun des belligérants n’attentaient à leurs vies !

Puis beaucoup plus tard, il y eu la création du « Cursus Publicus » {transport publique} créé par César, améliorant le système Perse, (vers 45 av. J.- C.), et perfectionné par Auguste, (vers 25 av. J.- C.). La voie romaine est militaire, et réservée en outre au transport des personnages officiels et de la correspondance impériale. Les « mutationes » sont des relais et les « mansiones » des magasins et auberges. Les « curiosi » dépendent du préfet du Prétoire et veillent à la bonne marche du service.

Vers l’an 800, Charlemagne reprend une partie des voies romaines laissées à l’abandon à la suite des invasions. Il aurait fait construire trois routes, une vers la Germanie, une vers l’Italie et une vers l’Espagne à partir d’Aix- la- Chapelle.

Il semble qu’entre le IXème et le XVème siècle, la poste ait été placée sous le signe de la liberté des routes, lesquelles n’étaient jamais sûres. A côté de la poste personnelle du roi (messagers et chevaucheurs), les grandes communautés obtiennent tour à tour le privilège d’organiser leur propre poste : la poste aux moines (jusqu’au XVème siècle), les messagers de l’Université, les messagers des villes (à la fin du XIVème siècle) ont constitué de véritables organisations auxquelles s’ajoutaient les messageries privées au service des seigneurs, des riche marchands, des corporations, des confréries, etc.…

HISTOIRE DE LA POSTE

ET DES PREMIERES FORMES

DE CACHETS POSTAUX.

 

PREFACE (SUITE)

De Louis XI au XXème 

Louis XI réorganise la poste royale pour des raisons politiques et militaires (vers 1470- 1480) ; et son travail est continué par louis XII et François Ier  (vers 1520- 1547). Henri III à l’idée d’ajouter à toutes les messageries existantes, des offices de messageries ordinaires (les messageries royales 1576) l’édit qui les fixe pour la première fois un tarif général pour le transport des lettres. Henri IV, vingt ans plus tard, créé un service de relais pour ces messageries : le service des postes et des relais est placé sous une même autorité. La vraie « poste aux lettres »est née, et Louis XIII puis Louis XIV, vont la développer.

La concurrence entre messageries est rude ; la création en 1665 de la Ferme Générale des Postes, puis les arrêts de Louvois en 1681 créant le privilège du Fermier Général des Postes pour le transport et la distribution des lettres et des paquets ; mettant ainsi un terme aux rivalités et à l’anarchie des organisations concurrentes : c’est la « Grande Poste » entre Paris et la Province.

Ce n’est qu’un siècle plus tard, en 1759 que Claude- Humbert Piarron de Chamousset un philanthrope reprend et améliore la « petite poste » inventé un siècle auparavant par M. de Villayer à Paris. Ce système de ramassage et de distribution (intra muros) s’étend avec succès à toutes les grandes villes : il est réuni finalement à la « Grande Poste » en 1780.

En 1781, un tarif proportionnel à la distance, est instauré. En 1792, un premier règlement, l’Instruction Générale est mis au point. En 1793, la Convention décide la réunification de la Poste aux Lettres et de la Poste aux Chevaux, dans une seule et même administration, composée d’agents recrutés et nommés par l’Etat. le monopole lui est accordé sous le Consulat (27 Prairial an IX). En 1829, le Service Postal est assuré dans toutes les communes de France, puis la distribution des lettres en 1832. En 1845, mise en service du premier « bureau ambulant » ferroviaire entre Paris et Rouen. En 1849, émission du premier timbre- poste français, neuf ans après la Grande- Bretagne.

En 1859, création du Service des objets avec valeur déclarée. En 1873, rétablissement du Service des lettres recommandées, créé en 1829 puis abandonné, la gestion des bureau télégraphique est adoptée en 1845 par le service postal, ces deux services fusionnèrent complètement en 1878 ; la même année le téléphone est présenté à l’Exposition Universelle et fut adopté.

En 1881, création de la Caisse Nationale d’Epargne. En 1911, premier vol aérien pour le transport du courrier par Péquet aux Indes (bien qu’il ne s’agissait là que de transports officiels). Les premières messageries aériennes furent fondées en 1919, bien que la première ligne régulière par avion avait été créée en 1918 entre Paris et Saint- Nazaire. C’est ainsi que fut inventé la Poste Aérienne… 

L’HISTOIRE DE LA POSTE ET DES PREMIERES FORMES DE CACHETS POSTAUX

La Poste est, dès l’origine, le transport de ce qui est écrit. La Poste est donc liée à la connaissance et développement de l’écriture, aux moyens de transports et à l’état des routes. L’écriture occidentale nous a été transmise à partir de l’écriture phénicienne, par les grecs, puis par les romains. La première de toutes les écritures connues, naît dans le pays de Sumer et d’Elam (actuelle Mésopotamie) : cette écriture est réservée aux textes sacrés et royaux. Elle évolue en pictogramme (représentation exacte des objets) vers l’écriture cunéiforme. Mais chaque civilisation apporte sa propre réponse au même problème : Comment fixer le langage et transmettre la pensée ?

                Les hiéroglyphes de l’Egypte pharaonique donne une réponse basée sur le sacré, réservé aux textes religieux et impériaux. Le pictogramme hiéroglyphique de l’Egypte sera adapté, avec l’écriture démotique, aux besoins des échanges commerciaux. L’Inde, la Chine, vont apporter des réponses différentes.

            Plus tard la civilisation arabe reprendra le principe des anciennes écritures antiques, de droite à gauche.

La Poste conservera pendant des milliers d’années, de façon informelle, sa vocation de transport de l’écriture pour les besoin du pouvoir central : ce n’est qu’avec les temps modernes que le transport du courrier ne se fera plus au moyen d’un porteur spécial, mais sera confié à une organisation complexe dont l’évolution décisive est marquée en France par le sens d’organisation de Louis XI.

Autour des besoins de transmission de l’écrit, propre aux rois et aux empereurs de toutes les civilisations, apparaissent peu à peu des besoins de plus en plus grands de communications de la part de certaines couches de la population : ce sont celles qui sont le plus proche du pouvoir central qui obtiendront en premier le partage du privilège que constitue le transport du courrier.

Au XIIème  siècle l’église développe la Poste des moines, notamment avec le système de la Rotula. L’Eglise, détentrice historiquement du savoir, détient donc l’enseignement : l’université de Paris jouira des mêmes privilèges l’organisation religieuse. Il importe en effet que les élèves puissent donner de leurs nouvelles à leurs parents en province et partout en Europe, et de recevoir de ceux-ci non seulement des nouvelles… mais aussi de quoi payer leurs études et leurs dépenses.

Dans le même temps, l’accroissement des échanges commerciaux pousse à la création de messageries des villes. Les Conseils d’échevins (magistrats, membre du corps municipal, au Moyen-Age) désignent, dans certaines grandes cités, des employés chargés du transport des messages surtout de villes à villes. Mais les délais sont trop importants Ainsi du Vème  au XVème, un moine peut mettre plus d’un an pour joindre avec sa ‘’Rotula’’ les établissements dépendant de son Ordre : le messager de la ville d’Amiens devra porter à pied, contre rétribution, les rouleaux de parchemins et autres messages à leurs destinataire où qu’ils se trouvent dans la région. Quant aux chevaucheurs du roi, ils ont seul le privilège du transport à cheval des plis royaux.

Après le XVème siècle, la Poste se développera en fonction de la pression économique et de l’état des routes. La Perse ayant donné à l’empire romain l’exemple d’une bonne infrastructure routière ; l’Occident mettra de nombreux siècles avant de retrouver la parfaite organisation du Cursus Publicus… 

 
Vous devez être connecté pour poster un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/02/2017

×